Skip to content

La guerre Américano Mexicaine

 

Le Mexique comme les États-Unis sont deux pays qui ont rarement été en guerre avec leurs voisins terrestres directs, et pour cause : ils en ont peu. Leur proximité géographique a cependant causé de nombreux troubles, qui continuent encore aujourd’hui (il suffit de penser aux débats actuels de l’élection présidentielle américaine…). Aujourd’hui, nous allons revenir sur le plus célèbre épisode des relations entre les deux pays : le conflit de 1846-1848, connu chez les uns sous le nom de Mexican War et chez les autres la Guerra de la Invasión Estadounidense !

 

Les causes

 

A l’origine du conflit il y a le statut du Texas. Au départ un territoire mexicain, il avait déclaré en 1836 son indépendance et n’était pas reconnu par le Mexique qui en contestait les frontières. Les États-Unis, toujours en expansion, annexent en 1845 la jeune République du Texas, majoritairement peuplée de colons anglo-américains.

 

Le 24 avril 1846, une troupe de cavaliers mexicains attaque une patrouille de l’armée américaine dans la zone du Texas à la possession contestée par les deux pays. Ce que l’histoire retiendra sous le nom de « l’affaire Thornton », du nom du capitaine de la patrouille massacrée (un seul en réchappera), va précipiter le début des hostilités.

 

Plusieurs fronts

 

Les raisons qui poussent les États-Unis, menés par leur président James Polk, à créer les conditions de la guerre puis à la déclarer, vont au-delà du Texas et visent également la Californie, à l’époque un  État mexicain

 

Très vite l’armée américaine envahit le territoire de son voisin sur deux fronts différents, l’un à l’Ouest et l’autre le long du Rio Grande. En parallèle les Américains de Californie, inquiets de leur situation dans cette guerre qui commence et se révolte contre les Mexicains, déclarant 15 juin 1846 l’indépendance de la République de Californie. Celle-ci ne durera même pas un an mais mettra en place un précédent qui quelques années plus tard l’amènera à une sécession définitive du Mexique et un rattachement aux États-Unis.

 

De nombreuses batailles émaillent ce conflit de deux ans, comme celle de Monterrey, de Buena Vista et de Contreras. Mais le Mexique est encore un pays jeune et très instable politiquement. Si l’indépendance des États-Unis a elle aussi moins d’un siècle, ce pays est plus structuré et en meilleur état sur le plan économique. Après une guerre usante pour les deux parties mais dominées par les Américains, les troupes du général Santa Anna se déclarent vaincues le 14 septembre 1847 et se rendent face aux Américains à Mexico.

 

Les conséquences de la guerre

 

Le traité de paix signé en 1848 marque la fin de la guerre américano-mexicaine. Le Mexique a perdu la moitié de son territoire au profit de son adversaire, et notamment la Californie, où de l’or sera découvert quelques années plus tard. Mais les territoires cédés garderont à jamais une empreinte mexicaine indéniable. Encore aujourd’hui, de nombreuses villes du Texas ou de Californie portent des noms mexicains, et l’espagnol y est parfois plus commun que l’anglais.

ASSISTANCE ANTICORRUPTION !