Valladolid la Sultane de l’Est

Valladolid-la-Sultane-de-lEst-Blog-TouraCancun-1140x530

Valladolid la Sultane de l’Est

 

 

L’histoire de la ville de Valladolid est d’abord celle d’un faux départ : fondée en 1543 par le neveu du conquistador espagnol Francisco de Montejo, la première « version » de la ville – ainsi nommée en hommage à la capitale de l’Espagne à l’époque – ne tint pas longtemps, car elle était située à côté de la lagune de Chouac-Ha et l’omniprésence des moustiques rendait la vie impossible aux premiers habitants. Ceux-ci exigèrent de déplacer la colonie plus loin dans les terres du Yucatán, et deux  ans plus tard Valladolid fut déplacée sur son lieu définitif, au dessus et à l’aide des pierres de l’ancienne cité maya de Zaci-Val.

 

Jusqu’au début du 20ème siècle, Valladolid était la ville la plus importante de la péninsule du Yucatán, et l’une des plus grandes avec Mérida et Campeche, connue dans tout le Mexique en tant que « Valladolid la Sultane de l’Est ». Si son influence économique a diminué depuis, son rayonnement culturel ne s’est en revanche jamais démenti. En effet, des bâtiments de l’époque coloniale aux cénotes accessibles à l’intérieur même de la ville, c’est un condensé de l’identité de la péninsule du Yucatán.

 

Si vous aimez visiter les églises, Valladolid est un stop indispensable pendant votre séjour ! Dans le quartier de Sisal, le couvent de San Bernardino de Siena, construit par des missionnaires franciscains peu de temps après la fondation de la ville, est une merveille, un bâtiment religieux unique au monde avec ses pierres provenant de l’ancienne cité maya. Dans le centre-ville, vous pourrez aussi visiter la cathédrale de San Gervacio. Et il vous suffira de traverser quelques pâtés de maisons  pour arriver au Cénote Zaci. Même dans le reste de la péninsule, il est assez rare de trouver un cénote en ville !

 

Les nombreux restaurants de Valladolid mettent en avant la gastronomie typique du Yucatán. Le plat traditionnel de la région est le « Lomitos », une préparation à base de porc et de sauce tomate. Ne manquez pas l’occasion d’y goûter, ainsi qu’aux nombreux bonbons confectionnés à l’aide des aliments typique du coin, comme le miel, la noix de coco et le maïs. Le genre de saveur qu’on ne trouve qu’ici !

Profiter des Cénotes dans le Yucatan

Profiter des Cénotes dans le Yucatan

 

Si vous lisez ce blog, c’est que vous envisagez d’aller passer des vacances au Mexique et profiter des Cénotes dans le Yucatan. Au cours de vos recherches, vous avez selon toute vraisemblance lu à plusieurs reprises un mot étrange et peu usité en français : cénote. Mais savez-vous exactement de quoi il s’agit ?

 

Dans la langue maya, un dzonot est littéralement un puits. Il s’agit en fait de trous d’eau formés il y a près de 66 millions d’années, suite à l’impact de la météorite qui causa l’extinction des dinosaures. Ils sont répartis autour du cratère de Chicxulub, qui couvre près de 180 kilomètres, et ils se sont remplis d’eau en provenance de sources souterraines.

 

Pour les anciens Mayas de la péninsule du Yucatán, qui est quasiment dépourvue de fleuves et de rivières, les cénotes étaient d’une importance capitale en tant que leurs seules sources d’eau douce. C’est pourquoi la plupart des cités mayas ont été construites à proximité de l’un d’eux ou de plusieurs. En outre, les Mayas considéraient les cénotes comme des passages entre ce monde et celui des dieux, des lieux sacrés, où avaient lieu des offrandes et des sacrifices. On ne peut nier qu’il se dégage des plus impressionnants d’entre eux une ambiance tout à fait mystique propice au recueillement.

 

Mais de nos jours, les cénotes sont avant tout des joyaux du patrimoine naturel du Mexique, et servent au délassement des habitants de la péninsule du Yucatán et des touristes. Il est très commun pour les Mexicains (notamment ceux qui ne vivent pas près des côtes), d’aller s’y baigner comme en Europe on irait se baigner dans un lac. Ne soyez pas inquiet quand vous plongez dans un cénote : depuis le temps, les archéologues ont eu le temps d’en dégager les ossements qui en recouvraient le fond. Et pour les Indiana Jones en herbe, j’ai le regret de vous apprendre que les bijoux offerts aux dieux mayas ont été eux aussi depuis longtemps remontés à la surface et ornent désormais les murs des musées du Mexique et d’ailleurs. Désolé, ce n’est pas cette fois-ci que vous dénicherez un trésor !

 

La visite d’une ruine maya va souvent de pair avec celle du cénote attenant. C’est pour cela que, même en pleine jungle, il est toujours utile d’avoir un maillot de bain et une serviette  sur soi. Venez donc vous baigner dans ces lieux de mémoire et de détente !